Les sorties

Musée du quai Branly

Jeudi 12 septembre, Mesdames Roche, Buttenwiser, Zenou et Bedel avec une de ses amies ainsi que Monsieur Buisson  sont allés visiter une superbe exposition au musée du quai Branly. Une expérience que certain ne sont pas prêt d’oublier, Monsieur buisson par exemple a été complètement fasciné par la richesse des objets présentés. 

Photo 116 [320x200]Photo 172 [320x200]Photo 168 [320x200]Photo 164 [320x200]Photo 117 [320x200]

 

 

 

 

 

Cette exposition met en valeur le regard de Charles Ratton (1895-1986), expert, marchand et collectionneur qui a marqué l’histoire de la réception des arts « primitifs », en faisant la promotion d’objets dérogeant au goût pour l’art « nègre » qui prévalait jusqu’aux années 1930. Sa proximité avec les milieux des musées, ainsi que sa curiosité scientifique, dont témoigne la richesse de ses archives, ont contribué à nourrir son expertise. Par ses activités de marchand et les expositions qu’il a organisées, il a participé au glissement de statut des œuvres d’Afrique, d’Amérique et d’Océanie : d’objets d’étude anthropologique à objets d’art dans les années 1930, puis chefs-d’œuvre dans les années 1960, en France mais également aux États-Unis. L’évocation de ses liens avec les artistes (les Surréalistes, Jean Dubuffet) et la photographie (photographie « documentaire » et artistique : Man Ray) participe à la mise en valeur de ce glissement vers l’art et l’histoire.

 

L’exposition rassemble plus de 200 œuvres (sculptures, objets en trois dimensions et documents tels que cartons d’invitations, affiches, catalogues). Elle s’ouvre sur la reconstitution du bureau de Charles Ratton. Traité comme un cabinet de curiosités, ce premier espace donne à voir les œuvres d’art qui entouraient Charles Ratton au quotidien, dans le décor de son bureau. Cette section rassemble aussi ses notes et croquis qui témoignent de sa méthode de travail extrêmement précise.

 

Des objets de diverses provenances géographiques (Extrême-Orient, Afrique, Océanie,…) et temporelles (Antiquité, Moyen-Âge) soulignent la diversité de ses achats, ainsi que ses liens avec les Surréalistes, parmi lesquels Tristan Tzara, Roland Tual ou encore Paul Éluard.

Les souvenirs sont nombreux et la gaité se fait sentir en rentrant à Montrouge!

 

 

 

Leave a Reply