Dernieres Nouvelles

La résidente du mois de juillet : Denise Crevoisier

Madame Denise CREVOISIER est fille unique, elle est née le 13 novembre 1916 à Paris dans le 18ème. Elle vient au monde en pleine guerre, son père est alors sur le front et sa mère qui se retrouve seule pour faire tourner la boucherie familiale de la rue Léon est donc obligée de l’envoyer chez sa grand-mère et sa tante à la campagne dans le Morvan pour qu’elle soit en sécurité. Elle a 3 ans lorsque son père est démobilisé, elle rentre enfin à Paris et doit littéralement faire connaissance avec ses propres parents car elle ne les a presque jamais vu d’ailleurs elle ne parle que le patois ce qui n’arrange rien.

Elle arrête assez tôt ses études pour suivre des cours d’anglais. Afin de parfaire son apprentissage, ses parents l’envoient un an dans un collège dans le sud de l’Angleterre où elle vit chez une dame qui lui apprend en plus de la langue les bonnes manières anglaises. En parallèle, elle continue de pratiquer assidument le piano, instrument  pour lequel elle s’avère assez douée et elle pratique également de façon intensive l’athlétisme et la natation.

De retour en France, elle parle couramment l’anglais et trouve donc rapidement un poste de secrétaire commerciale bilingue.

Le parc naturel du Morvan

A 20 ans, avec ses amies, elle adore bien sûr aller danser et c’est dans l’une de ces fêtes champêtres qu’elle rencontre Pierre, un architecte. Les tourtereaux se fréquentent quelques temps puis la seconde guerre les sépare car Pierre n’a pas encore fait son service. Elle l’attendra pendant près de 10 ans ! Ils se marient enfin en 1945, lorsqu’il est libéré des camps allemands où il était prisonnier. Après la guerre, c’est la crise du logement alors le jeune couple habite quelque temps dans la boucherie avec sa mère. C’est un période très dure car la famille est en deuil depuis le décès du père survenu le 7 juin 1944 le lendemain du débarquement. Après les difficultés et les souffrances des lendemains de guerre, le bonheur fini par refaire son apparition avec les naissances de Paul en 1947 puis d’Anne-Marie en 1952.A l’arrivée des enfants, elle cesse totalement de travailler et laisse son mari prendre tout en charge pour elle. Celui-ci est très attentionné, il exauce ses moindres désirs et notamment celui de découvrir le monde, c’est comme cela que la famille fera de très nombreux voyages.

La rue Léon au début du siècle

Quand son mari décède en 1987, à la surprise de tous, elle reprend courageusement le dessus et commence une nouvelle vie. C’est cette grande adaptabilité qui la caractérise, elle aime tellement la vie qu’elle décide de voir toujours le bon côté des choses quoique la vie lui réserve.

Leave a Reply