Dernieres Nouvelles

Zoom sur l’orthophonie

zoom orthophonie

Dans le cadre de la retraite ouverte sur la vie, la Villa Beausoleil accueille en son sein des professionnels de santé en libéral à l’instar du cabinet de kinésithérapie tenu par Nabil, Thierry et Philippe que vous connaissez tous. En revanche, vous connaissez peut-être moins Christine ROUSSEAU l’orthophoniste qui vient chaque mardi et vendredi rencontrer certains résidents.

Christine, peux-tu s’il te plaît parler à nos lecteurs de ta discipline ?

Oui bien sûr. L’orthophoniste aussi appelé « logopède » est un praticien paramédical. Diplômé au terme de 4 années d’études, il s’occupe des troubles de la communication liés à la voix, à la parole et au langage oral ou écrit. Ces troubles peuvent apparaître à des âges divers et sont causés par des facteurs d’ordre organiques et/ou des atteintes sensorielles motrices ou neurologiques.

L’orthophonie est une discipline récente, elle a été fondée par Mme Borel-Maisonny. Dès 1926 elle travailla auprès du Dr Veau pour rééduquer les enfants atteints de becs de lièvre ou de divisions palatines. En 1955, elle obtint la délivrance de premières attestations d’étude d’orthophonie. Ensuite, la rééducation s’est étendue aux troubles de l’articulation, de la parole puis au langage oral et écrit et enfin aux techniques de la communication.

150520071604I_dpl32

Même si la discipline se consacra d’abord aux enfants aujourd’hui, de nombreux professionnels interviennent comme moi dans les maisons de retraite.

Avec les personnes âgées et notamment celles que je rencontre à la Villa Beausoleil je travaille autour de différents axes selon les indications, les pathologies et bien sûr la personnalité et la motivation des patients.

Il y a en premier lieu la stimulation cognitive avec des exercices d’évocation verbale et la mémorisation de courts récits. Avec le résident, nous travaillons aussi la mémoire épisodique et didactique en cherchant à établir une séance temporelle correcte d’images, à attribuer des dates à des évènements personnels ou historiques.

Mon rôle est aussi de veiller au maintien des fonctions mnésiques et des fonctions de communication notamment avec les personnes atteintes de pathologies dégénératives de type maladie d’Alzheimer.

Avec les personnes souffrant de la maladie de Parkinson ou de sclérose en plaques, je travaille au maintien des fonctions d’alimentation, de déglutition et bien sûr de communication.

Quand une personne présente des troubles du langage se caractérisant par des difficultés à choisir ses mots, à les combiner pour faire des phrases ou même à comprendre leur sens (aphasie), je mets en place des exercices basés sur la respiration, sur le chant, la lecture à voix haute et sur l’évocation des phrases très simples en rapport avec la vie quotidienne du résident. Le but étant de l’aider à retrouver ce qu’il sait mais que son cerveau à des difficultés à produire.

Vous l’aurez compris mes interventions prennent parfois des tournures très techniques mais bien entendu, aucun progrès n’est possible sans un lien de confiance et l’instauration d’une relation particulière avec chacun propice à un travail de qualité.

Pour terminer, sachez que je me tiens à la disposition des résidents et de leur famille pour toutes informations supplémentaires.

Merci Christine pour toutes ces explications.

Leave a Reply